// Vous lisez...

Indexations

Imprimer article

Comité 2013

Sélection finale du Comité 2013

Participants : Guillaume Bonotaux mardi 25 juin 2013

Les mangas

JPEG - 326 ko

Japon ?
Robert  : - Mémé, pourquoi les japonais sont toujours en pyjama ?
Mémé  : - Ce ne sont pas des pyjamas mais des kimonos, mon Bébert.
Robert  : - Mémé, pourquoi les japonais ont des murs en papiers ?
Mémé  : - Parce qu’il y a beaucoup de tremblements de terre, là-bas, et donc ils sont moins blessés.
Robert  : - Mémé, pourquoi les japonais mangent avec des bâtons ?
Mémé  : - Parce qu’ils n’aiment ni les cuillères, ni les fourchettes, ni les couteaux.
Robert  : - Mémé, pourquoi les japonais mangent par terre ?
Mémé  : - Parce qu’ils n’ont pas de magasin Ikea.
Robert  : - Mémé, j’ai l’impression que tu me racontes n’importe quoi.
Mémé  : - Oui.
Robert  : - Et je connais la suite de ta réponse : « Tu n’as qu’à chercher, mon Bébert ! »
Mémé  : - Tout juste !
Robert  : - Mais en vrai, tu connais les réponses, ou pas ?
Mémé  : - Ou pas.
Robert  : - Bon d’accord, je m’y mets.

Les territoires du manga

Robert  : - Mémé, tu veux bien m’acheter des Mangas, dis ? Tu veux bien ?
Mémé  : - Mon Bébert, tu sais bien que dépenser est une affaire sérieuse. « Mangas » c’est qui, c’est quoi ? Tu crois que je vais ouvrir mon porte-monnaie comme ça sans savoir ce que je vais acheter ?
Robert  : - Les « Mangas », c’est des livres du Japon qui sont habillés comme des BD à l’envers.
Mémé  : - Alors, là, mon grand, je range mon porte-monnaie bien profond au fond de ma poche. D’abord, tu le sais, les BD ça fait pas trop culture et sérieux pour la préparation de ton avenir. Pense à ton avenir, Robert ! Ce n’est pas avec les BD que tu vas trouver un métier. Et si en plus, elles sont à l’envers, tu risques même, toi aussi de marcher en arrière…
Robert  : - Oui mais… Ce n’est pas que ça le monde des « Mangas », tu sais ! Au Japon, tous les enfants en lisent et c’est un « très gros marché porteur » ou plutôt qui porte… Ou enfin… je ne sais plus… C’est un marché, quoi !
Mémé  : - Là, mon Bébert, je suis à deux doigts de mettre un cadenas à mon porte-monnaie. Je sens que tu répètes une leçon mal apprise. Tu m’ajoutes le Japon mais on est en France. Tu me mets une couche d’économie mondiale alors que ce sont mes économies personnelles qui sont en jeu. Si tu veux que mon porte-monnaie finisse par te sourire, il va falloir que tu trouves autre chose. Parce que là, en ce moment, il est plutôt grognon.
Robert  : - Bon d’accord, Mémé. Avec les copains on va s’y mettre pour te faire une formation accélérée sur la richesse du monde des « Mangas ». Et je suis sûr qu’après, c’est pas le porte-monnaie que tu sortiras mais ta Carte Bancaire.
Mémé  : - Je veux bien voir ça. Parce que tu sais, ma Carte Bancaire, elle n’est pas sortie de son étui depuis des lustres. Et il faudra que tes « Mangas » soient rudement forts pour lui donner envie de sortir…

Des mangas pour 2013 ?

Des mangas pour la BCD ? pour l’EPL ? Pourquoi ? Comment ?

Ces livres au format de poche, en noir et blanc, qui s’ouvrent « à l’envers », pleins de petites cases serrées les unes contre les autres, qui racontent des histoires d’amour, de guerre ou de monstres bizarres ? Ces petits livres pleins de personnages aux grands yeux, qui combattent des créatures ou vivent dans un autre monde ? Ces princesses japonaises, ces garçons sportifs, ces filles à la mode ou ces petits teigneux qui sautent dans tous les sens ? Ces livres-là aux titres vraiment étranges qui s’étalent parfois sur 10 tomes, 20 tomes, voire quarante ou soixante numéros : Card Captor Sakura, Princesse Kilala, Inazuma Eleven n° 8… Naruto n° 43… One Piece n° 64 ! Détective Conan n° 67 !

Ces séries n’en finissent plus, les adultes s’y perdent mais les enfants, eux, s’y retrouvent ; ils s’y connaissent bien, certains sont même spécialistes pendant que les adultes, pour la plupart, pataugent, peureux, hermétiques et méfiants devant ces petits volumes qu’ils ne savent pas par quel bout prendre, qui leur tombent des mains au bout de la cinquième page, incapables de suivre le fil, vite lassés par ces histoires de combat, de drague, voire choqués par des images de nudité et de violence.

Les enfants, eux, les collectionnent, se les échangent, certains les regardent à la télé, d’autres les ont en cartes… Les animateurs ont un dilemme : « On les laisse dans leur monde ou on s’y intéresse ? »

En plus, des mangas pour les maternelle ? Ça n’existe pas ! C’est pas pour eux !

Cette histoire de mangas est un vieux dossier ; l’histoire traîne au comité depuis quelques années déjà… les animateurs faisant gentiment l’autruche, pour ne pas voir qu’un genre particulier, le manga, manque et manque toujours dans les fonds : un seul manga (Gon) est présent ! dans une production qui compte des milliers de titres et qui est peut-être le plus gros chiffre d’affaires de l’édition jeunesse…
Alors, cette année, on s’y colle ! Mais « on n’y connaît rien », « on n’aime pas », « on est hermétique », « on arrive pas à rentrer dedans »… Qu’à cela ne tienne, demandons aux enfants de faire des propositions, eux qui veulent des mangas et qui disent les connaître !

JPEG - 63 ko

C’est donc ce qui a été fait avec les enfants des centres de loisirs des vacances de la Toussaint et de Noël. Les enfants, petits et grands, sont allés dans les librairies, les FNAC et bibliothèques municipales, et jusque dans les Manga Cafés. Ils ont fouillé les stands du Salon de Montreuil, ils ont feuilleté, indexé, résumé… et ont proposé plus de 150 titres (exactement 159 titres). Pour chaque manga, ils ont répondu à une avalanche de questions de manchots : de quoi ça parle ? à quoi ça sert ? A qui ça servirait ? Qu’est-ce que ça m’apporte ? Différent des autres livres ? Plus intéressant de le voir à la télé ? Dans quel sens ça se lit ? etc…

Au Salon de Montreuil, les enfants ramenant des fiches bien remplies et argumentées ont eu droit à des chèques lire de 15,00 € pour les acheter en direct… Plus de 200 chèques lire ont ainsi été distribués !

Même travail pendant les vacances de Noël : 15 titres proposés. La liste comptait donc 174 titres différents proposés par les enfants, avec une préoccupation supplémentaire : si les mangas sont japonais, est-ce ça parle du Japon dans les mangas ? A quoi on le voit ? On en apprend sur le Japon dans les mangas ? Leur culture, leur façon de vivre, leurs héros…

Parfois, par manque de temps, d’idées, de mots, de place pour écrire… certaines fiches n’avaient pas beaucoup de réponses et du coup, on ne savait pas pourquoi ce livre avait été proposé…

Les animateurs du groupe de travail Comité ont donc éliminé de la liste toutes les propositions sans justifications, les manchots sans réponses : reste une liste de 95 mangas !

Le Centre Paris Lecture a acheté tous ces mangas et les animateurs se sont plongés dedans. Cette fois, ils n’avaient plus le choix !

Voici le résultat…

Liste des mangas présentés à la DASCO, par ordre de présentation

- Chi, une vie de chat - Tome 1 – Konami Kanata - Glénat
- One Piece - Tome 1 : À l’aube d’une grande aventure – Eiichiro Oda - Glénat
- Inazuma Eleven - Tome 1 – Tenya Yabuno - Kurokawa
- Fairy Tail - Tome 1 – Hiro Mashima - Pika
- Astro Boy - Anthologie – Osamu Tezuka - Kana
- ROJI ! - Tome 1 – Keisuke Kotobuki – Ki-Oon
- Doraemon, le chat venu du futur - Tome 1 – Hiroshi Fujimoto, Motoo Abiko - Kana
- Le Journal de mon père - Jiro Taniguchi - Casterman
- Mes voisins les Yamada - Tome 1 – Isaichi Ishii – Delcourt (Shampoing)
- Yotsuba & - Tome 1 – Kiyohiko Azuma - Kurokawa
- L’Apprenti Mangaka - Akira Toriyama - Glénat
- Kenshin le vagabond - Tome 1 : Kenshin dit Battosaï Himura – Nobuhiro Watsuki – Glénat
- Une Sacrée Mamie - Tome 1 – Saburo Ishikawa, Yoshichi Shimada - Delcourt
- Gon - Tome 7 – Masahi Kanata - Casterman
- Card Captor Sakura - Tome 1 – Studio CLAMP - Pika
- Dr. Slump - Ultimate edition – Tome 1 – Akira Toriyama - Glénat
- La balade de Yaya - Tome 1 : la fugue – Jean-Marie Omont, Golo Zhao - Fei
- Hunter × Hunter - Tome 1 – Yoshihiro Togashi - Kana
- School Rumble - Tome 1 – Jin Kobayashi - Pika
- Mon Copain le Kappa - Shigeru Mizuki - Cornelius
- Bakuman - Tome 1 – Tsugumi Oba, Takeshi Obata - Kana
- Gamaran - Tome 1 – Yosuke Nakamaru - Kana
- Hikaru no Go - Tome 1 : Résurrection d’un génie du go – Yumi Hotta, Takeshi Obata - Tonkam
- Hero Tales - Tome 1 – Huang Jin Zhu, Hiromu Arakawa - Kurokawa

Les sujets de société et d’actualité

JPEG - 325.4 ko

Grands sujets de société ?

Robert  : - Mémé, pourquoi les adultes n’ont pas les mêmes problèmes que les enfants ? Pourquoi eux, ont des « sujets de société » et pas nous ?
Mémé  : - Qu’est-ce qui te fait dire ça, mon Bébert ?
Robert  : - C’est la télé qui me dit ça. Quand je regarde les N’informations, je ne vois que des tracasseries que je n’ai pas moi… Et les messieurs sérieux qui en parlent les appellent presque tous « Sujets de société ».
Mémé  : - C’est normal, mon grand. Toi et les tiens vous avez de grands problèmes et les grands ont de petits problèmes.
Robert  : - Pourtant quand je regarde la tête des présidents et des présentateurs en cravate, j’ai l’impression que ce sont de gros malheurs, les « sujets de société ». Pourquoi dis-tu que les enfants ont de « grands problèmes » ?
Mémé  : - Ils ont les problèmes les plus importants. Quand je t’écoute me poser des questions, je me dis à chaque fois : « Ben oui, c’est ça qui est important ! ». Par exemple : « D’où on vient ? », « Pourquoi il y a des vaches dans la vie ? »… Ce sont des questions que tes « cravates » du journal télévisé ne poseront pas. Elles ne sont pas de société, ces questions, elles sont de tous les temps, de tous les lieux…
Robert  : - Oui, mais en même temps, ils ont l’air tellement inquiets avec leurs petits problèmes que je me dis qu’on pourrait peut-être les aider, non ?
Mémé  : - Sans doute, oui. Si tu veux, on les prend un par un, leurs « sujets de société », on cherche et on leur fait la peau, tous les deux. Ça te va ? Parce que moi ça m’amuse…

Liste des documentaires présentés à la DASCO, par ordre de présentation

- Histoire de la révolution numérique  : jeux vidéo, Internet, smartphones, robots - Clive Clifford, conseiller : Mike Goldsmith, James Carey, I Love Dust, Infomen, Charis Tsevis – Gallimard jeunesse
- Voir le monde d’aujourd’hui en chiffres et en images - Collectif (Joe Fullman, Ian Graham, Sally Regan, Isabel Thomas) - Gallimard Jeunesse
- Vivons ensemble  : pour répondre aux questions des enfants sur l’immigration - Mustapha Harzoune, Samia Messaoudi, Hervé Finel - Albin Michel jeunesse
- Le travail, tout un monde ! - Sylvie Baussier, Élodie Balandras - Milan
- Listomania, l’encyclo qui dit tout sur tout – Collectif – La Martinière
- Bientôt citoyen - Sylvie Baussier, Bruno Heitz, Casterman
- Pourquoi la guerre, comment la paix ? - Elisabeth Combres, Florence Thinard, Clément Chassagnard, Loïc Le Gall - Gallimard
- Cartes  : Voyage parmi mille curiosités et merveilles du monde - Aleksandra Mizielinska, Daniel Mizielinski – Rue du Monde
- Dictionnaire fou du corps - Katy Couprie – Thierry Magnier
- La princesse qui n’aimait pas les princes - Alice Bière-Haquet, Lionel Larchevêque – Acte Sud Junior
- Tous les enfants ont les mêmes droits ! - Dieter Berstecher, Aline Bureau - Flammarion : Père Castor