// Vous lisez...

Indexations

Adjectifs adultes :

Imprimer article

Propositions Comité 2011

C’est autant d’amour que je t’envoie

vendredi 29 avril 2011

Informations sur le livre

TITRE :C’est autant d’amour que je t’envoie

Auteur : Coline Irwin

Editeur / Collection : MeMo

Date de Parution : Août 2010

Public : Tous

Prix : 15€

Cote : A IRW

Résumé : C’est autant d’amour que je t’envoie nous invite à rêver, à retrouver nos propres histoires d’enfance, nos petits riens. Ce livre permet aussi de se poser des questions sur une analyse de l’image poétique, en décalage avec les lectures d’images documentaires.

Genre : Album

Mots-clés : photographie, poésie, image, enfance, rapport texte-image

Travail sur le livre

Titre du (des) réseau(x) :
Comment lire la photo ?
- Vues de dos, Michel Tournier, Édouard Boubat, Gallimard
- Grand Bal du Printemps, Jacques Prévert, Izis, Le Cherche-Midi
- Histoire de voir, Michel Frizot, Robert Delpire, Nathan
- Nous les enfants, Isabelle Le Fevre-Stassart, Palettes
- Dans la ville, Isabelle Le Fevre-Stassart, Palettes
- Juste à temps, Marie Houblon, Henri Cartier-Bresson, Autrement jeunesse
- Coffret Contacts - 3 DVD, Arte vidéo

Caution scientifique / Note sur le(s) auteur(s) et le(s) illustrateur(s) : Coline Irwin est photographe de formation, elle anime des ateliers pour enfants autour des livres. Son travail photographique porte sur l’enfance et les « petits riens ».

Analyse spécifique du texte et des illustrations : Ce livre, dédié au père de l’auteure, montre les petits riens de l’enfance et peut-être ceux qu’on se remémore une fois adulte. Le texte invite à chercher son pendant dans les images, avec des rapports plus ou moins évidents, plus ou moins décalés.

Ateliers / Activités

Maternelle et élémentaire : Construction de livres d’images sur le même modèle : une photo (ou une illustration) - un texte en rapport plus ou moins évident avec l’image, « loto » pour essayer de retrouver ce qui va avec quoi et créer de nouvelles déclinaisons, écriture de nouveaux textes à partir des images...

Conclusion

Pourquoi ce livre dans la sélection ? A quelle(s) question(s) des enfants ce livre répond-il ? :
- Quel est le sens des images ? Pourquoi des photos nous font rire ? Pourquoi des photos nous font pleurer ? Pourquoi les photos sont en noir et blanc ? Pourquoi existent les appareils photos ?
- Ce livre donne un nouvel éclairage pour la lecture et l’analyse d’images. Tout comme Ces choses qui font battre le coeur, il évoque les « petits riens », les choses dont on ne sait pas forcément parler, à la différence que C’est autant d’amour montre les choses de manière moins précise et donc plus universelle. Il fait débat parmi les enfants et si certains ont des réactions de rejet, c’est parce qu’il évoque pour eux leur histoire : ils s’y reconnaissent et peuvent parler d’eux à travers le livre. Un point fort est l’agencement texte-image et le choix par la photographe elle-même. Contrairement à de nombreux livres photo pour les enfants, il ne s’agit pas là d’une juxtaposition d’auteurs et de photographies mais du travail d’une artiste, d’une série. C’est aussi un bon point de départ pour de nombreuses activités.

Pourquoi ce livre est-il retiré de la liste ? : Après de nombreuses hésitations, ce livre est retiré pour la proposition de sélection finale. Il paraît plus judicieux de présenter des classiques aux enfants et il y a déjà de nombreux livres photo dans la sélection.

Thème / Axe dans lequel le livre pourrait être classé : L’IMAGE – la photographie, l’image documentaire

Auteur(s) de la fiche : Sandra-Vanessa Liégeois

Les enfants ont travaillé sur ce livre

BCD 3 rue d’Alésia (75014) / Marc Pacôme

15 lib’
Groupe 1 (CE1)
- Dans l’histoire, il y avait toujours à la fin : « C’est autant d’amour que je t’envoie ». C’était drôle.
- Félix : Ça montre que le père de son fils a énormément d’amour, ça montre l’amour des parents. En gros ça montre comme la vraie vie. L’amour de la vraie vie qu’on a pour ses enfants.
- Il y avait toujours le même mot, AMOUR, et c’était bizarre.
- Félix : On peut dire que ça se voit vraiment qu’il l’aimait énormément comme l’amour des vrais parents. Ce livre il est très réaliste.
- Cette histoire elle est un peu bizarre parce que ça finit toujours pareil. Il dit toujours « Imagine ».
- Je suis pas d’accord avec Elodie, à la première page on le dit pas.
- C’est bizarre, au début de l’histoire, il dit que chaque semaine ils se parlaient au téléphone.
- C’est pour qu’il apprenne à se servir d’un téléphone ?
- S’ils se parlent chaque semaine, normalement le téléphone il doit plus marcher.
- Félix : Ça montre que c’est deux parents qui sont divorcés, et ils ont un fils, et ce livre montre que même si le papa est loin, par exemple en Afrique ou dans un autre continent, on peut continuer à se parler et à s’aimer.
- On ne sait pas s’ils sont divorcés...
- Félix : Quand il dit qu’il parle au téléphone avec son père, soit c’est qu’il est parti en voyage pour un bon bout de temps, soit c’est qu’ils sont divorcés mais bon, s’il parle chaque semaine ça donne plus l’indication qu’ils sont divorcés ou séparés.
- Félix - C’est juste pour dire que, bon, je suis d’accord avec toutes vos idées mais je trouve que vos idées à tous se ressemblent un peu trop. Vous dites tous « j’ai bien aimé » ou « c’était bizarre » et vous faites tous la même remarque. Vous dites tous que c’est une drôle d’histoire parce qu’il y avait « C’est autant d’amour que je t’envoie ». Bon d’accord, c’est une remarque pertinente mais il y a plein d’autres petits détails, comme ce que j’ai dit.
- Je suis un tout petit peu d’accord avec Félix.
- C’est pas parce qu’il y a le mot amour qu’il faut rigoler.
- Félix : J’ai vu les dessins et c’est pas tellement des dessins, c’est des photos. Ça rend ce livre particulier et je trouve ça bien que l’écrivain ait voulu faire des photos comme ça, ça rajoute beaucoup au livre.
- Je suis d’accord avec Felix parce que...
- On dirait que c’est des vraies personnes alors que c’est juste un livre.
- On dirait que sur la couverture il est dans un avion.
- Moi je trouve plutôt que c’est un album photo.
- Je suis d’accord avec Ilan.
- Félix : En fait c’est pas tellement un album photo parce que les albums photos c’est des livres où tu mets des photos donc c’est pas vraiment un album photo. C’est plus..., il a enregistré des photos, je sais pas comment il a fait mais c’est pas un album photo. Tu peux dire c’est un livre avec pour dessins des photos mais c’est pas un album photo.
- On dirait c’est pour les adultes, pour lire, peut-être...
- Dans les photos, il représente des choses par d’autres choses.

Groupe 2 (CE1)
- Moi j’ai pas beaucoup aimé parce qu’à chaque fois il disait : « C’est autant d’amour que je t’envoie ».
- J’ai adoré ce livre. J’ai adoré les paroles de l’histoire.
- J’ai bien aimé, ça raconte plein de choses très bien.
- Il y avait beaucoup de pages.
- Il disait toujours la même chose à chaque fois.
- Moi j’aime bien les livres ou il y a un peu d’écriture.
- J’aimerais bien lire tout pour savoir la suite.
- Vladimir il disait qu’il avait aimé alors qu’il y en a plein qui n’ont pas aimé.
Parce qu’il y avait trop d’histoire. Et j’ai pas aimé les dessins.
- J’ai aimé que la fin où on pouvait écrire dessus pour choisir des paroles.
- Le début j’ai pas trop écouté mais la fin j’ai bien écouté et c’était super la fin.
- Je veux dire à tous les auteurs d’arrêter de faire des images, je veux qu’ils n’écrivent que des textes.
- J’ai bien aimé ce livre, j’aimerais bien lire le reste et si j’avais lu le reste, j’aurais peut-être fait une fiche de lecture.
- Si vous voulez avoir plein de gens qui aiment vos livres, arrêtez de raconter la même chose.
- En même temps, il était quand même bien donc, j’aimerais bien l’avoir et si je l’avais eu, je l’aurais raconté à mes petits frères et mes petites sœurs.
- J’aime bien quand il répète les mêmes choses, quand il dit.... Quand il dit quoi déjà ?
- « C’est autant d’amour que je t’envoie ».
- J’aimerais bien dormir avec.
- Je vais déchirer ce livre.
- Il y avait beaucoup trop de lecture.
- Il y avait trop d’images, il y avait trop de lecture et à chaque fois il disait « Je t’aime... », un truc comme ça.
- J’adore les images.
- Je veux le lire 100 fois.
- Vladimir, à chaque fois il répétait la même chose.
- Les auteurs écrivent beaucoup de livres. Il y en a des marrants et d’autres pas.
J’aimerais pas avoir ce livre parce qu’il est très ennuyant.
- Moi ce qui m’énerve c’est qu’il n’y a pas assez d’images.
- Il n’est pas assez marrant.

Groupe 3 (CE1)
- Je comprends pas pourquoi le garçon il a une loupe.
- Je sais pas pourquoi le titre est en différentes couleurs à chaque page et qu’il revient tout le temps.
- En plus il a rien à faire là.
- Il y a plein de couleurs et c’est joli.
- C’est bien parce que tout à la fin on peut écrire ce qu’on veut.
- De toutes façons on peut pas écrire ce qu’on veut puisque de toutes les façons on a pas le droit. Même si on pourrait.
- On peut pas écrire ce qu’on veut puisqu’il faut d’abord écrire ce qu’il nous demande d’écrire.
- On nous demande pas d’écrire, on écrit ce qu’on pense de l’histoire et ce qui est marqué, ça doit être un petit peu autre chose.
- Les écritures elles étaient assez grosses par rapport à d’autres livres. Et elles sont beaucoup moins longues.
- Je pense que l’histoire elle est imaginée.
- Moi je me demande pourquoi c’est pas des images dessinées au lieu des photos.
- En fait il essaye de représenter ce qu’il raconte.
- Moi j’ai remarqué que dans le texte quand ils ont dit « tu te souviens quand on a regardé de plus près.... » je sais pas quoi... et ben, quand ils ont mis une loupe alors qu’ils regardaient pas ce qu’ils devaient regarder dans le texte et ben c’est pas normal.
- A chaque fois quand il y avait la page banche, on disait « C’est autant d’amour que je t’envoie ».
- Moi j’aurais préféré qu’il y ait des images, soit blanches tout le temps, soit en couleur, mais j’aurais préféré, surtout qu’elles soient en couleur parce que je trouve que ça aurait été mieux. C’est les pages blanches qui gênent parce qu’on explique pas.
- Je me demande pourquoi il y a presque que des pages blanches.
- Je suis pas d’accord, il y a aussi des images avec des dessins dessus.
- Mais sur les dessins il y a des vrais gens et je sais pas si c’est le papa ou le petit garçon mais ça fait bizarre parce que sur les livres c’est souvent des dessins animés... des dessins.
- Moi je pense que c’est des photos.
- Moi je trouve que ça a pas l’air de photo même si c’est une photo, ça a l’air...

Adjectifs :
Répétitif, vrai, séparé, particulier, coloré

EPL 5 rue Boy Zelenski (75018) / Haby Hamidou

- A chaque fois il y avait des lettres, il n’y avait pas d’image et après il y avait des images.
- C’était bien l’histoire parce que j’aimais les paroles.
- « Moi, je la déteste cette histoire ! », Adam
- « Mais c’est pas juste Adam !Ils ont fabriqué une histoire quand même ! », Océane


Répondre à cet article

Commentaires

2 Messages

  1. C’est autant d’amour que je t’envoie

    -  C’est autant d’amour que je t’envoie, Coline Irwin, éditions MeMo

    Après lecture du livre, les enfants de la classe 6 (classe de moyens) avaient pour consigne de donner leurs impressions, leurs ressenti sur l’histoire sans que je leur pose de questions.
    Ci-dessous, leurs exclamations retranscrites au mot près, positives ou non :

    - « Elle est jolie l’histoire », Enzo
    - « C’est autant d’amour que je t’envoie ! », Umberto
    - « Y’a des loups ! », Martina
    - « Ils tapent des mains les applaudissements » « Y’avait six langues », Adam

    Haby, animatrice EPL 5, rue Boy Zelenski

    | 22 mai 2011, 15:04

    repondre message

  2. C’est autant d’amour que je t’envoie

    -  C’est autant d’amour que je t’envoie, Coline Irwin, éditions MeMo

    Après lecture du livre, les enfants de la classe 6 (classe de moyens) avaient pour consigne de donner leurs impressions, leurs ressenti sur l’histoire sans que je leur pose de questions.
    Ci-dessous, leurs exclamations retranscrites au mot près, positives ou non :

    - « Elle est jolie l’histoire », Enzo
    - « C’est autant d’amour que je t’envoie ! », Umberto
    - « Y’a des loups ! », Martina
    - « Ils tapent des mains les applaudissements » « Y’avait six langues », Adam
    - « Elle est trop nul », Adam
    - « A chaque fois y’avait des lettres, y’avait pas d’image et après y’avait des images », Hélène
    - « C’était bien l’histoire parce que j’aimais les paroles », Rose-Aimée Ramza
    - « J’aimais bien quand tu disais…de l’amour », Hélène
    - « Moi, je la déteste cette histoire ! », Adam
    - « Mais c’est pas juste Adam !Ils ont fabriqué une histoire quand même ! », Océane
    - « Elle était chouette, elle était bien », Océane
    - « Elle était très très jolie et vraiment je l’adore ! », Mariam

    Haby , animatrice Epéliste 5, rue Boy Zelenski 10ème

    | 22 mai 2011, 15:14

    repondre message

Dernières modifications

Tokyo Sanpo
Modifié le : 13 juin 2013

L’oiseau philosophie
Modifié le : 30 avril 2013

Boubou et Grand-Père
Modifié le : 30 avril 2013

Monsieur Mal élevé
Modifié le : 30 avril 2013

Madame Contraire
Modifié le : 30 avril 2013

Monsieur Avare
Modifié le : 30 avril 2013

Monsieur Bagarreur
Modifié le : 30 avril 2013

L’Alphabet fabuleux
Modifié le : 30 avril 2013

Entrez !
Modifié le : 30 avril 2013

En famille
Modifié le : 30 avril 2013

La Réunion des religions
Modifié le : 30 avril 2013

Drôlement mordu !
Modifié le : 30 avril 2013

Les quatre chemins
Modifié le : 30 avril 2013

Corydon et l’île aux monstres
Modifié le : 29 avril 2013

Quand papa avait mon âge... dans les années 1980
Modifié le : 28 avril 2013